Hortense Merisier

Miscellanées de prose, vers, pensées, remarques, interrogations, (auto-)critiques, avec cynisme, humour, douceur ou tendresse…


#5 Si j’étais un personnage

Un personnage, selon la tradition de « ceux qui savent » (et qui n’ont pas compris grand-chose à l’humanité, d’ailleurs ils sont peut-être devenus coachs d’auteurs pour ça), c’est qu’un personnage a un désir, un obstacle et un arc narratif (comment il va évoluer pour surmonter l’obstacle). Mon désir : écrire des textes de qualité, tant dans le style que dans le sujet, qui plairont à mes lecteurs (ou au moins qui leur parleront comme je vous parle). Mon obstacle : ceux qui savent (rien du tout) et qui entendent me dicter ma façon de faire. Mon arc narratif : j’ai inventé mes propres règles. Fin.

Si j’étais un personnage de roman, ma vie serait, selon ces critères, affreusement chiante. Elle se résumerait à un travail (que j’adore, rien ne s’y passe de contrariant), l’écriture (où je relève des défis mais dans l’ombre), une histoire d’amour (sans histoires), un chat (qui passe la majorité de son temps à pioncer, comme se doit de le faire tout chat d’intérieur qui se respecte).

Pourtant, je ne trouve pas ma vie de personnage de roman chiante. J’y croise des personnes fantastiques, j’y apprends tous les jours de nouvelles choses, je crée, je vis, je rêve, j’avance, je teste, je me remets en question, je recommence… Pourquoi faudrait-il me contrarier ou me mettre des bâtons dans les roues ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :