Hortense Merisier

Blog d'écriture quotidienne

#48 Eperdu


Je me souviens, son petit corps frêle, sa robe à fleurs gonflée d’eau claire. Je me souviens, mes pieds qui trébuchaient sur les dalles beiges alors que je courais vers elle. Je me souviens, mes prières vaines et les mots saccadés du facteur dans son téléphone – venez vite. Je me souviens, ce hurlement silencieux, éperdu, le hurlement de toute une vie.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi…


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :