Hortense Merisier

Blog d'écriture quotidienne

#63 De l’importance de la dentelle


Souvent, mes lectrices me demandent : « Samantha, comment savoir qu’aujourd’hui, je vais rencontrer mon âme sœur, et avoir les sous-vêtements appropriés pour m’envoyer en l’air dans sa voiture ? ». Et c’est sans doute pour ça que ces lectrices ne trouvent jamais leur âme sœur : parce qu’elles prennent le problème à l’envers.

Chères lectrices, vous ne pouvez rencontrer votre âme sœur que le jour où vous portez un string et un soutien-gorge en dentelle à plus de 300 €. Les lois de l’univers sont claires là-dessus : seules les femmes fortes mais fragiles, indépendantes mais soumises, belles mais qui l’ignorent, prudes ne demandant qu’à être réveillées, et surtout affublées de tous les atours féminins classiques, sont susceptibles d’attirer le mâle alpha qui sommeille dans un beau millionnaire, un artiste brillant ou un baron de la drogue au cœur tendre.

C’est pourquoi Dieu a créé l’homme et la femme. L’homme sera toujours le héros de cette histoire, par sa force et son intelligence, quand la femme n’en sera jamais que l’ombre, ne brillant que par son corps et sa douceur. Seul leur amour réciproque peut les sauver d’eux-mêmes, chacun comblant le vide de l’autre.

C’est pourquoi, pour trouver le véritable amour, cette relation où vous serez enfin à votre place, vous devez réellement miser sur votre apparence. Bien entendu, l’apparence ne fait pas tout. Il faut aussi entretenir votre délicatesse en évitant tout ce qui pourrait vous rendre réellement forte, indépendante, intelligente, assumée et – pire que tout – heureuse d’être seule.

Mais attention : contrairement aux hommes qui disposent du temps dont ils ont besoin pour se réconcilier avec leurs émotions, nous autres avons une famille à fonder, des couches à changer, du vomi à essuyer et des nuits blanches à faire, tout en continuant à être une femme active et une épouse libérée. C’est pourquoi la tradition des catherinettes est née : pour sauver celles qui auraient l’outrecuidance de déroger à l’image moyenâgeuse que la société entretient.

Si l’homme est comme le vin et se bonifie avec l’âge (n’ayez donc pas peur de fonder une famille avec un homme de l’âge de votre père, c’est tellement éthique de coucher avec une jeune femme de l’âge de sa fille), la femme est comme le yaourt et a une date de péremption.

Hâtez-vous donc, et allez dépenser les 75 % d’un salaire masculin dans des fripes avant tout destinées à entretenir le regard masculin (aussi appelé male gaze par une poignée d’anarchistes décidées à détruire l’idéal patriarcal). Car si vous n’êtes déjà personne, vous ne serez plus rien sans dessous en dentelle.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi…


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :