Hortense Merisier

Blog d'écriture quotidienne

#65 Fête des Lumières


La flamme minuscule oscille dans le verre coloré. Spécialement sorti de son carton, dépoussiéré et avec un petit fond d’eau, le lumignon fait peau neuve comme chaque année. Dans l’obscurité de nos peurs, l’espoir est une flamme qui ne peut s’éteindre par un brusque coup de vent ni un flocon téméraire.

Une seule flamme ne peut rien, mais quand des centaines, des milliers de fenêtres s’éclairent de ces minuscules lumières, la ville scintille comme un ciel étoilé. Si la peur peut annuler la partie commerciale de la fête, personne n’a le pouvoir d’annuler l’espoir collectif. Chacun reste seul maître de ses rebords de fenêtres.

Plus qu’un phénomène touristique, plus qu’une manifestation catholique, c’est un rassemblement. L’unité d’une région face à la peur et à la nuit.

Ce soir, allumez vos lumignons, Lyon est en fête.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi…


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :