Hortense Merisier

Blog d'écriture quotidienne

#77 La grève des lutins (2)


Jean-Marc ouvre la bouche pour protester. Des lutins en grève, alors qu’il a lui-même instauré des congés payés, un salaire minimum, un régime de retraite, des horaires de travail… Jean-Marc se considère comme un Père Noël socialiste, quand tous ses prédécesseurs ont cédé à la tentation du capitalisme.

Il respecte le droit de grève, mais pas 5 jours avant Noël ! Que vont dire les enfants ? Car il doit rentre des comptes, comme tout Père Noël qui se respecte. Aux enfants, d’abord, au bout de la chaîne de consommation. Aux parents, ensuite, qui auront bien du mal à expliquer pourquoi Noël est annulé cette année. Et puis à tous les partenaires, les chaînes de distribution de courrier, les livreurs qui vont se retrouver au chômage, Georgette…

Georgette sera très déçue, bien sûr, elle qui a tellement travaillé à rationaliser le travail. Une grève, voilà bien quelque chose qui va foutre en l’air tous ses plans ! D’un autre côté… Intérieurement, Jean-Marc a un petit sourire. D’un autre côté, même cette mégère de Biba n’osera pas contrarier Georgette, alors que c’est elle qui fait le meilleur chocolat chaud de tout le continent. Il se tourne de tous les côtés : où a-t-elle bien pu passer ?

« Tu cherches ta femme, vieux schnock ? On l’a convaincue que notre cause est juste. »

Effectivement, son énorme femme émerge d’un coin d’ombre.

« Alors, Papi, gronde-t-elle, on discute ? »

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi…


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :