Hortense Merisier

Blog d'écriture quotidienne

#94 Profession tueur à gages (3)


Une fois, j’ai accepté le rendez-vous demandé par les poulets. Une demi-heure avant, j’ai donné l’adresse d’un petit square avec un jardin d’enfants. Un type s’est assis sur un banc, un gros bras en veste de motard et jean élimé. Toutes les mères le regardaient d’un œil mauvais. Comme je lui avais demandé, il s’était trouvé une écharpe rouge. Je faisais semblant de lire le dernier Goncourt tout en surveillant le gosse d’une voisine. Je lui rendais souvent ce genre de petits services et j’avais trouvé l’occasion parfaite pour une mise en scène.

Après une bonne demi-heure, un livreur est arrivé, a regardé rapidement son bon de livraison, a vu l’écharpe rouge, s’est approché. Le flic a tout de suite compris que Mika ne viendrait pas. Ça se voyait à sa tête, il était furieux. Il a mis ses gants de motard, pris le colis, signé la tablette, noté le nom du livreur, ouvert le colis. C’était un de ces cactus dansants avec une carte d’anniversaire représentant une poule et des confettis : « Peut-être la prochaine fois, mon petit poulet ! ».

Il a poussé un hurlement de rage, provoquant des murmures réprobateurs de la part des autres mamans et un hurlement amusé du cactus – j’avais pris le soin d’y mettre des piles. Bien sûr, à un angle de la carte, l’équipe scientifique découvrirait une mince trace de sang, presque indétectable à l’œil nu, histoire que les flics sachent avec certitude qui s’était ouvertement moqué d’eux.

« Contrôle d’identité ! a aboyé un policier en uniforme en entrant dans le square, accompagné de trois collègues, digne équipe à la solde du poulet-en-chef humilié.

— Mais enfin, c’est inadmissible, a protesté une (fausse) blonde qui serrait sa précieuse progéniture contre sa (fausse) poitrine. Vous faites peur aux enfants !

— Vos papiers, madame, m’a lancé un jeune coq. Qu’est-ce que vous faites ici ? »

Plusieurs gamins s’étaient mis à pleurer, plus à cause des cris de leurs mères que de la présence de quelques uniformes. J’ai ouvert mon sac, sorti mon portefeuille, tendu ma carte d’identité et désigné le gosse qui s’était aventuré au sommet de la toile d’araignée, où il se balançait, tête en bas.

« Ma voisine est chez le coiffeur, et le petit ouistiti là-haut a besoin de se dépenser si je veux dormir la nuit. Tout l’immeuble se relaie pour l’épuiser.

— Et vous faites quoi dans la vie ? C’est pas un peu dangereux ce qu’il fait ?

— Je suis bibliothécaire, ai-je répondu en agitant mon livre sous son nez. Ne vous inquiétez pas, il y a un filet en bas, il se laissera tomber quand il sera fatigué. Bibliothèque du centre-ville. Vous pouvez nous expliquer ce qu’il se passe ?

— Simple contrôle d’identité, a-t-il répondu évasivement.

— Dans un square pour enfants ? Vous vous moquez de moi ?

— Vous avez vu un homme passer ?

— Eh bien, il y a ce monsieur avec le blouson, ai-je murmuré en désignant le poulet-en-chef du menton. C’est bien étrange de s’installer dans ce genre d’endroit… Je vous avoue qu’à un moment, j’ai pensé qu’il était un peu pédophile, mais il semblait attendre une livraison. Quand le livreur est arrivé, il n’a pas eu l’air content, je pense qu’ils se sont trompés de colis, ça m’arrive sans arrêt. Vous devriez l’interroger, il me semble très agité. Vous pensez qu’il se drogue ? C’est pour ça que vous contrôlez les identités ? Il est lié à un trafic de drogue ? »

Effectivement, le flic, ne voulant pas griller complètement sa couverture au cas où Mika l’observerait et conclurait qu’il avait la volaille au cul, tournait en rond en secouant sa boîte et en pianotant sur son téléphone. Il envoyait sans doute des messages à Mika, ignorant que je m’étais déjà débarrassée du portable en le jetant dans la Seine.

Il était déjà complètement grillé, le poulet.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi…


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :